Batna.forumactif
L'inscription a ce forum est libre et gratuite; elle est nécessaire pour pouvoir envoyer des messages, télécharger, s'informer, voter dans les sondages entre autre de mieux lire le forum en général; puisque la majorité des rubriques sont Exclusives aux membres du forum Batna ForumActif.

Pour s'inscrire :







Derniers sujets
» question
Sam 8 Fév - 12:18 par bel.esprit

» En Chine, les piqûres d'abeille en guise de thérapie de choc
Mar 13 Aoû - 13:36 par lieto

» La science tente d'expliquer les sensations d'une mort clinique
Mar 13 Aoû - 13:33 par lieto

» L'homme, une sage-femme comme les autres
Mar 13 Aoû - 13:27 par lieto

» Les produits de blanchiment des dents plus strictement encadrés
Mar 13 Aoû - 13:19 par lieto

» Comment un interne européen peut-il effectuer une année d'internat en France
Mar 13 Aoû - 13:03 par lieto

» Diane 35: verdict de l'Agence européenne du médicament en mai
Sam 9 Fév - 17:36 par lieto

» On survit mieux au cancer en France
Sam 9 Fév - 17:34 par lieto

» La France veut limiter la prescription des pilules de 3e génération
Dim 13 Jan - 12:14 par lieto

» Plus d'un million d'Américaines traitées inutilement d'un cancer du sein
Ven 23 Nov - 14:36 par lieto

» Les hépatites virales mal combattues malgré un million de victimes par an
Ven 23 Nov - 14:28 par lieto

» E-book
Mer 24 Oct - 23:11 par bel.esprit

» E-book
Mer 24 Oct - 12:43 par zak

» E-book
Mer 24 Oct - 12:41 par zak

» E-book
Mar 28 Aoû - 13:09 par bel.esprit

» E-book
Dim 26 Aoû - 22:49 par bel.esprit

» E-book
Dim 26 Aoû - 21:56 par bel.esprit

» E-book
Dim 26 Aoû - 20:26 par bel.esprit

» ORAN
Sam 18 Aoû - 18:03 par lieto

» A Montpellier, des entomologistes en première ligne face au moustique tigre
Lun 13 Aoû - 15:20 par lieto

» Les Etats-Unis homologuent le Lucentis contre l'oedème maculaire diabétique
Lun 13 Aoû - 15:13 par lieto

» Colorants et hyperactivité des enfants
Dim 12 Aoû - 11:44 par lieto

» Manger sain .... ADDITIFS ALIMENTAIRES
Mer 25 Juil - 11:59 par bel.esprit

» [résolu]Quenstion!
Mar 19 Juin - 15:56 par bel.esprit

» Le glaucome, deuxième cause de cécité : 500.000 personnes atteints en Algérie Le glaucome, deuxième cause de cécité : 500.000 personnes atteints en Algérie
Jeu 14 Juin - 21:01 par zak

» Neurochirurgie : L’Algérie, une référence au Maghreb et en Afrique
Jeu 14 Juin - 20:54 par zak

» Un peu de zinc aiderait les nouveau-nés à guérir d'infections bactériennes
Jeu 14 Juin - 20:39 par zak

» Les relations troubles de la cigarette avec les maladies de l'intestin
Dim 3 Juin - 12:56 par lieto

» L'héroïne médicinale offre un traitement de seconde ligne
Lun 23 Avr - 11:00 par lieto

» Tuberculose: l'espoir d'un vaccin plus efficace chez l'adulte
Lun 23 Avr - 10:56 par lieto

» Le jeûne, une nouvelle thérapie ?
Mar 27 Mar - 15:34 par lieto

» Les Franciliens sont les Français qui marchent le plus
Mar 27 Mar - 15:31 par lieto

» eBay interdit les ventes de sorbitol après la mort d'une Italienne
Mar 27 Mar - 15:28 par lieto

» Etats-Unis: cholestérol réduit de 66% avec une injection mensuelle d'un nouvel agent
Mar 27 Mar - 15:26 par lieto

» Cancer du sein: une nouvelle radiothérapie prometteuse appliquée à Marseille
Dim 11 Mar - 14:30 par lieto

» Une start-up française innove avec une nouvelle classe d'anti-douleurs
Jeu 8 Mar - 12:14 par lieto

» Sida: des protéines produites par le corps capables de contrôler le VIH
Jeu 8 Mar - 12:11 par lieto

» Un traitement courant contre la démence freine l'aggravation d'Alzheimer
Jeu 8 Mar - 12:08 par lieto

» Explorer le cerveau, mais protéger l'intimité des personnes
Jeu 8 Mar - 12:05 par lieto

» Les condamnés à mort, principale source des organes transplantés en Chine
Jeu 8 Mar - 11:50 par lieto

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Rhinite et allergie

Aller en bas

Rhinite et allergie

Message par medhaj_mars2009mai le Mar 18 Mai - 13:03


<TABLE border=5 cellSpacing=0 borderColor=#ffffff cellPadding=5 width="95%">

<TR bgColor=#ffffff>
<td class=textehome>

Rhinite et allergie : traitement et désensibilisation</TD></TR>
<TR bgColor=#e6ffb0>
<td class=MAGdescriptifarticle bgColor=#ffffff vAlign=top>Les rhinites allergiques sont des affections très fréquentes qui récidivent à chaque saison. Les traitements existent, il convient d'y recourir pour faire disparaître les symptômes, mais dans certains cas, on peut aussi recourir à la désensibilisation. </TD></TR></TABLE>












Rhinite allergique : antihistaminiques et corticoïdes à discrétion
Les pollens sont là et commencent à empoisonner la vie des allergiques. C'est l'occasion de rappeler que la rhinite allergique est une maladie qu'il faut s'acharner à traiter. Graminées, acariens, animaux domestiques, moisissures, quel que soit l'allergène, les traitements permettent d'améliorer les symptômes.

Le traitement médicamenteux de la rhinite allergique

Une fois le diagnostic de rhinite allergique posé et l'allergène en cause identifié, des stratégies d'éviction sont instaurées. Mais elles sont souvent très difficiles à mettre en œuvre et insuffisantes.
Le traitement repose alors sur la prescription d'un antihistaminique non sédatif* ou d'un corticoïde** par voie nasale. Ces derniers sont préférentiellement choisis lorsque l'obstruction nasale prédomine. Si au bout d'une semaine, le résultat n'est pas concluant, on peut changer de classe médicamenteuse ou associer les deux.
Dans les cas où une sérieuse obstruction nasale persiste, des vasoconstricteurs*** sont parfois proposés, mais uniquement sur une courte durée, une semaine à une dizaine de jours.



Suivi et prévention

Les traitements sont poursuivis le temps que durent les symptômes, soit durant toute la saison pollinique par exemple, durant les mois d'hiver pour l'allergie aux acariens, voire toute l'année en cas de polysensibilisation.
Lorsque les allergies sont saisonnières, le traitement est réitéré l'année suivante en anticipant la période des symptômes.

Si les symptômes sont réfractaires au traitement, s'ils sont atypiques ou en cas de récidives inexpliquées, des explorations ORL poussées sont entreprises à la recherche par exemple d'une polypose nasale (une affection inflammatoire chronique).



La désensibilisation

En cas d'échec des traitements pharmacologiques, la désensibilisation représente une alternative pour certaines personnes, que sont les allergiques aux pollens et aux acariens. Cette technique ne repose plus sur une série d'injections, mais sous la forme de comprimés sublinguaux à prise hebdomadaire. Même si ce traitement dure plusieurs années (3 ans environ), les contraintes sont désormais bien légères.

* Antihistaminiques : Virlix, Zyrtec, Aérius, Kestin, Telfast, Xyzall, Clarityne, Mizollen, Tinset.
** Corticoïdes : Béclo-Rhino, Béconase, Rhinocort, Flixonase, Nasalide, Nasonex, Pivalone, Nasacort.
*** Vasoconstricteurs disponibles : Aturgyl, Rhinamide, Dérinox, Déturgylone, Rhinofluimucil, etc.




Dr.yacine

Source:
Impact Médecine, mars 2007.











Allergie : la rhinite s'estompe avec le temps
Les sujets allergiques ont un espoir de voir leurs épisodes de rhinite s'espacer avec le temps. En effet, la fréquence de cette maladie chronique diminue avec l'avancée en âge. Parallèlement, l'asthme est un prédictif de rhinite, tout comme les antécédents familiaux.

La rhinite : une maladie chronique allergique

Cette nouvelle étude le confirme : avec le temps, la rhinite allergique tend à disparaître. Ce travail a été réalisé à partir de questionnaires centrés sur les symptômes et les maladies respiratoires. Ils ont été complétés une première fois en 1992 et une seconde fois en 2000 par plus de 5.000 personnes âgées de 20 à 59 ans.
Les données recueillies ont été traitées afin de déterminer les facteurs présents en 1992 susceptibles de prédire l’apparition, la persistance ou l’atténuation d’une rhinite allergique en 2000.



Rémission de la rhinite allergique chez les plus âgés

En 8 ans, la fréquence de la rhinite a augmenté de 2,6%, passant de 12,4% en 1992 à 15% en 2000. Mais 20% des sujets atteints de rhinite allergique en 1992 ne présentaient plus de symptômes en 2000. Cette disparition concernait principalement les personnes les plus âgées, soit celles qui avaient entre 50 et 59 ans en début d’étude.



L’asthme est aussi un facteur prédictif

On remarque également que la manifestation d’un asthme représente un facteur prédictif de la survenue d’une rhinite et diminue les chances de rémission d’une rhinite préexistante.
Les antécédents familiaux de rhinite ou d’asthme jouent eux aussi un rôle important. Ils augmentent clairement le risque de souffrir d’une rhinite. En revanche, ils n’influencent pas la rémission de la rhinite.

En conclusion, la rhinite allergie tend à s’estomper avec l’âge. Quant à sa survenue, elle est favorisée par la présence d’un asthme et les antécédents familiaux d’asthme ou de rhinite.



Dr.yacine

Source:
Nihlèn U. et coll., Allergy, 61 : 1299-1304, 2006.










Rhinite allergique : pourquoi désensibiliser ?
Éternuements, nez bouché, démangeaisons, les symptômes de la rhinite allergique ne sont pas graves et ils cessent assez facilement avec les traitements pharmacologiques. Mais attention, la rhinite risque d'évoluer vers une sensibilisation multiple et surtout prédispose à l'asthme. La désensibilisation est le seul traitement qui permet de guérir. Et vive le progrès, il s'agit maintenant d'un traitement par voie orale.

La rhinite se traite

Selon les pays et les tranches d’âge, la rhinite touche 10 à 40% de la population. Même si les symptômes sont bénins, ils peuvent sérieusement porter atteinte à la qualité de vie et aux performances scolaires et professionnelles. Si l’éviction de l’allergène est le plus souvent très délicate, en revanche, les traitements classiques sont efficaces (corticoïdes, antihistaminiques). Mais le traitement doit le plus souvent être suivi sur le long terme et il ne s’attaque qu’aux symptômes et non à la cause. Seule la désensibilisation permet de guérir d’une maladie allergique.

De la rhinite à l’asthme

Il est important de soigner une rhinite allergique car les symptômes peuvent s’aggraver et il existe une évolution naturelle de l’allergie respiratoire vers une polysensibilisation (sensibilisation à plusieurs allergènes). Mais aussi et surtout, la prise en charge de la rhinite allergique évite l’évolution vers un asthme. En effet, la rhinite allergique augmente le risque d’apparition de l’asthme d’un facteur 8. On retrouve un asthme chez 58% des personnes atteintes de rhinite. L’inverse est également vrai, la rhinite est présente chez plus de 78% des asthmatiques.

La désensibilisation

Le but de la désensibilisation est de rendre tolérant à l’allergène responsable des symptômes. Elle consiste à administrer cet allergène par voie sous-cutanée ou sublinguale. Cette dernière méthode qui consiste à appliquer des gouttes sous la langue est aujourd’hui la plus employée (dans 70% des cas) et elle est très bien adaptée aux enfants (à partir de 5 ans). Le traitement se déroule en deux phases. La première dure une dizaine de jours, tandis que la seconde, dite d’entretien, consiste à prendre une dose à intervalle régulier pendant au moins 3 ans ou pendant 3 saisons consécutives.

Rechercher un asthme en cas de rhinite

Bien entendu, connaissant les relations étroites entre rhinite et asthme, il est un important de rechercher un asthme chez toute personne atteinte de rhinite. Les facteurs de risque d’allergie respiratoire doivent être identifiés : antécédents personnels (ex. sensibilité alimentaire dans la petite enfance) et facteurs environnementaux (tabagisme, polluants domestiques ou extérieurs).



Dr.yacine

Source:
Panorama du médecin, n°5018, mai 2006 ; www.allergienet.com.










La rhinite allergique favorise l'asthme
Une personne asthmatique souffre souvent de rhinite allergique, laquelle constitue un facteur aggravant de l'asthme. Mais inversement, le patient atteint de rhinite allergique développe plus souvent un asthme. Ainsi, en cas de rhinite allergique, il est recommandé de bien traiter cette affection et de rechercher un asthme.

L'asthme est une maladie inflammatoire des voies respiratoires, dont l'expression dépend de facteurs intrinsèques (atopie, prédisposition familiale, hyperréactivité bronchique…) et environnementaux (pollens, acariens, poils d'animaux, pollution, tabac, infections respiratoires…). Plus de 300 millions de personnes dans le monde sont concernées, dont 30 millions en Europe, et cette affection poursuit une forte progression.

La rhinite, se caractérisant par une inflammation des voies aériennes, est une maladie extrêmement répandue qui affecte 25% de la population mondiale et 10 à 15% des Européens.
Les symptômes sont bien connus : obstruction nasale, nez qui coule, éternuements et parfois larmoiements.

Mais il faut savoir que ces maladies sont très souvent liées. Ainsi, plus de 80% des asthmatiques souffrent également de rhinite allergique. De plus, chez les personnes asthmatiques, une rhinite non soignée favorise les exacerbations de l'asthme.
Et inversement, les patients atteints de rhinite ont trois plus de risque de développer un asthme, comparés aux sujets indemnes de telles affections.

En conclusion, afin de prévenir l'apparition d'un asthme chez les personnes atteintes de rhinite allergique, il est nécessaire de traiter sérieusement cette dernière affection et de rechercher la présence d'un asthme.
Inversement, il est judicieux de rechercher une rhinite allergique chez les patients asthmatiques et le cas échéant de traiter en même temps ces deux maladies.



Dr.yacine

Source:
Recommandations de l’ARIA (Allergic rhinitis and its impact on athma, octobre 2005).








Allergie croisée : pollens et aliments
L'allergie croisée, bien qu'en constante augmentation, reste peu connue. Si certaines sont intuitives comme une allergie croisée à deux pollens ou à deux aliments d'origine proche, d'autres sont plus surprenantes. C'est notamment le cas de l'allergie croisée pollens et aliments.

L’allergie est de plus en plus fréquente

Peu importe la théorie retenue, hygiéniste (le système immunitaire des enfants n'est pas assez stimulé par les infections banales) ou pollution (augmentation des particules), les allergies augmentent et avec elles les maladies qui traduisent une allergie telle que l'asthme et la rhinite.


Allergie croisée : pollens et aliments

Parallèlement, les allergies croisées augmentent elles aussi et concerneraient environ 2% de la population. Certaines sont facilement explicables car les deux allergènes ont une origine très proche comme l'allergie croisée à deux types de pollens ou à deux types d'acariens ou encore au chat et au lion du cirque. En revanche, d'autres sont plus surprenantes, comme l'allergie croisée aux pollens et aux aliments.
Les allergies croisées entre pollens et fruits ou légumes sont les plus fréquentes, comme par exemple l'allergie aux pollens de bouleau et aux pommes ou aux fruits à noyaux, l'allergie aux pollens armoise/ambroisie et au céleri ou aux épices ou encore l'allergie aux pollens de graminées et à la tomate ou à la pomme de terre.
On considère que les personnes allergiques aux pollens présentent deux à trois fois plus fréquemment une allergie alimentaire que la population générale. Le plus souvent, c'est l'allergie aux pollens qui se manifeste en premier. Généralement décalées dans le temps, les allergies croisées sont cependant imprévisibles.
La réaction à l'allergie croisée se manifeste souvent de manière bénigne par des picotements dans la bouche et la gorge, et passe souvent inaperçue. Les symptômes peuvent néanmoins être plus sévères : œdème, conjonctivite, rhinite, asthme, etc.

Les autres allergies croisées

Les allergies croisées au latex et à certains aliments (banane, avocat, châtaigne) ne sont pas non plus si rares aujourd'hui. On observe également des allergies croisées entre acariens et escargot…



Peut-on s’en débarrasser ?

Le fait de savoir que ces allergies sont possibles est déjà un plus pour les repérer et identifier l'aliment en cause. Il est parfois très simple d'éviter un aliment. Encore faut-il que l'allergie soit prouvée par un test de provocation orale réalisée en service d'allergologie.
Il faut également savoir que la désensibilisation aux pollens peut dans certains cas améliorer les allergies alimentaires.



Dr.yacine

Source:
Panorama du médecin, n°5018, mai 2006 ; www.allergienet.com.


............................................................................. .....

medhaj_mars2009mai
1 étoile
1 étoile

Masculin
Nombre de messages : 5
Age : 31
Localisation : N'g ,Batna
Niveau éducatif : universitaire
Humeur/loisirs : doc
Date d'inscription : 18/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum