Batna.forumactif
L'inscription a ce forum est libre et gratuite; elle est nécessaire pour pouvoir envoyer des messages, télécharger, s'informer, voter dans les sondages entre autre de mieux lire le forum en général; puisque la majorité des rubriques sont Exclusives aux membres du forum Batna ForumActif.

Pour s'inscrire :







Derniers sujets
» question
Sam 8 Fév - 12:18 par bel.esprit

» En Chine, les piqûres d'abeille en guise de thérapie de choc
Mar 13 Aoû - 13:36 par lieto

» La science tente d'expliquer les sensations d'une mort clinique
Mar 13 Aoû - 13:33 par lieto

» L'homme, une sage-femme comme les autres
Mar 13 Aoû - 13:27 par lieto

» Les produits de blanchiment des dents plus strictement encadrés
Mar 13 Aoû - 13:19 par lieto

» Comment un interne européen peut-il effectuer une année d'internat en France
Mar 13 Aoû - 13:03 par lieto

» Diane 35: verdict de l'Agence européenne du médicament en mai
Sam 9 Fév - 17:36 par lieto

» On survit mieux au cancer en France
Sam 9 Fév - 17:34 par lieto

» La France veut limiter la prescription des pilules de 3e génération
Dim 13 Jan - 12:14 par lieto

» Plus d'un million d'Américaines traitées inutilement d'un cancer du sein
Ven 23 Nov - 14:36 par lieto

» Les hépatites virales mal combattues malgré un million de victimes par an
Ven 23 Nov - 14:28 par lieto

» E-book
Mer 24 Oct - 23:11 par bel.esprit

» E-book
Mer 24 Oct - 12:43 par zak

» E-book
Mer 24 Oct - 12:41 par zak

» E-book
Mar 28 Aoû - 13:09 par bel.esprit

» E-book
Dim 26 Aoû - 22:49 par bel.esprit

» E-book
Dim 26 Aoû - 21:56 par bel.esprit

» E-book
Dim 26 Aoû - 20:26 par bel.esprit

» ORAN
Sam 18 Aoû - 18:03 par lieto

» A Montpellier, des entomologistes en première ligne face au moustique tigre
Lun 13 Aoû - 15:20 par lieto

» Les Etats-Unis homologuent le Lucentis contre l'oedème maculaire diabétique
Lun 13 Aoû - 15:13 par lieto

» Colorants et hyperactivité des enfants
Dim 12 Aoû - 11:44 par lieto

» Manger sain .... ADDITIFS ALIMENTAIRES
Mer 25 Juil - 11:59 par bel.esprit

» [résolu]Quenstion!
Mar 19 Juin - 15:56 par bel.esprit

» Le glaucome, deuxième cause de cécité : 500.000 personnes atteints en Algérie Le glaucome, deuxième cause de cécité : 500.000 personnes atteints en Algérie
Jeu 14 Juin - 21:01 par zak

» Neurochirurgie : L’Algérie, une référence au Maghreb et en Afrique
Jeu 14 Juin - 20:54 par zak

» Un peu de zinc aiderait les nouveau-nés à guérir d'infections bactériennes
Jeu 14 Juin - 20:39 par zak

» Les relations troubles de la cigarette avec les maladies de l'intestin
Dim 3 Juin - 12:56 par lieto

» L'héroïne médicinale offre un traitement de seconde ligne
Lun 23 Avr - 11:00 par lieto

» Tuberculose: l'espoir d'un vaccin plus efficace chez l'adulte
Lun 23 Avr - 10:56 par lieto

» Le jeûne, une nouvelle thérapie ?
Mar 27 Mar - 15:34 par lieto

» Les Franciliens sont les Français qui marchent le plus
Mar 27 Mar - 15:31 par lieto

» eBay interdit les ventes de sorbitol après la mort d'une Italienne
Mar 27 Mar - 15:28 par lieto

» Etats-Unis: cholestérol réduit de 66% avec une injection mensuelle d'un nouvel agent
Mar 27 Mar - 15:26 par lieto

» Cancer du sein: une nouvelle radiothérapie prometteuse appliquée à Marseille
Dim 11 Mar - 14:30 par lieto

» Une start-up française innove avec une nouvelle classe d'anti-douleurs
Jeu 8 Mar - 12:14 par lieto

» Sida: des protéines produites par le corps capables de contrôler le VIH
Jeu 8 Mar - 12:11 par lieto

» Un traitement courant contre la démence freine l'aggravation d'Alzheimer
Jeu 8 Mar - 12:08 par lieto

» Explorer le cerveau, mais protéger l'intimité des personnes
Jeu 8 Mar - 12:05 par lieto

» Les condamnés à mort, principale source des organes transplantés en Chine
Jeu 8 Mar - 11:50 par lieto

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


35.000 cas de cancer recensés en Algérie en 2008

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

35.000 cas de cancer recensés en Algérie en 2008

Message par lieto le Mer 28 Oct - 2:29


35.000 cas de cancer recensés en Algérie en 2008




l’Association El Amel: ALGER (27/09/2009)

Les professeurs Bendib Salah Eddine et Kamel Bouzid, le Dr Fafa Abdennader et la présidente de l’Association El Amel, d’aide aux personnes atteintes de cancer, Mme Kettab Hamida.



Octobre inscrit comme mois de sensibilisation
Les éminents praticiens présents ont rappelé à la suite de la présidente de l’Association El Amel, que le mois d’octobre a été inscrit comme mois de lutte contre le cancer. Une journée scientifique sera organisée sur le cancer du sein. Pour l’ensemble des intervenants, le cancer génère 35.000 cas qui apparaissent chaque année dans le pays. La présidente de l’Association a parlé d’une évolution alarmante. En l’espace de moins d’une vingtaine d’années, jusqu’en 1977, on n’a opéré que 20 malades du cancer du sein.

25.000 malades opérés en 2008
En 2008, ce sont 25.000 malades qui ont été opérés du cancer du sein. Les causes sont décrites par les éminents praticiens comme des maladies arrivant à des stades avancés nécessitant ainsi des traitements très lourds. Il faut donc chercher les cancers avant qu’ils ne se développent. Les intervenants ont beaucoup insisté sur le dépistage qui doit être fait à des stades précoces. Pour les éminents spécialistes, c’est le cas pour 80% des malades en France. La mammographie sert précisément à la détection précoce. Cette détection doit concerner les deux seins.
Pour les intervenants, à travers l’association El Amel, ce mois d’octobre a été un mois d’information et de sensibilisation qui a été couvert sur des bases solides. Il est question que la CNAS contribue au dépistage du cancer du sein en coopération avec le ministère de la Santé et les structures intéressées ainsi que le mouvement associatif.
En France, le dépistage a commencé en 1987, 2004 fut l’année de la généralisation de celui-ci.

Mortalité réduite de 30%, taux validé par l’OMS
Entre 1960 et 1980, la mise en place du dépistage allait réduire la mortalité de 30 %, taux validé par l’OMS. Les intervenants ont évoqué les formes de dépistage, individuel ou collectif, organisé. Le dépistage du cancer du sein se fait à partir de 60 ans en France, et 45 ans en Algérie. Les éminents spécialistes ont beaucoup insisté sur le diagnostic tardif particulièrement en Algérie qui amène une profondeur de 37 mm dans le sein. La solution pour éviter ces cas extrêmes revient au dépistage et au diagnostic précoce.

Un matériel conforme au cahier des charges
S’agissant du matériel utilisé, il doit être conforme à un cahier des charges et faire l’objet de mesures de contrôle régulières. Tout un réseau de soins doit supporter le dépistage.
Les éminents intervenants ont évoqué le projet pilote qui devrait voir le jour dans la daïra de Sidi M’hamed. Il semble que les promoteurs butent sur l’acquisition des équipements.

Une deuxième lecture de mammographie est impérative
S’agissant des mammographies, elle nécessitent toujours une deuxième lecture pour la rendre valide, tout cela doit être fait dans un centre spécialisé. La mammographie a-t-il été expliqué par les intervenants facilite le diagnostic précoce avec des moyens peu onéreux, selon la présidente de l’association El Amel, le dépistage nécessite une formation spécifique absente aujourd’hui de chez nous, dit-elle. L’information passe difficilement c’est pour cela qu’El Amel s’est investie et que d’autres caravanes vont suivre.

Une caravane pour l’information et la sensibilisation
Le Dr Fafa, du CPMC, est un des animateurs de cette caravane. Il a relaté l’engagement et la mobilisation de toutes celles et ceux qui y participent, il a, lui aussi, évoqué le projet pilote de Sidi M’hamed, destiné à recevoir 15.000 femmes, qui attend, pour être lancé, la réception des équipements. Ce sont des femmes saines qui sont invitées à se présenter à partir de la quarantaine. Pour les éminents intervenants, le dépistage a un côté pédagogique prononcé. C’est toujours le besoin qui nous pousse à faire ce qu’on fait aujourd’hui, disent-ils.

L’expérience pilote de Sidi M’hamed
L’expérience pilote de Sidi M’hamed est importante pour tout ce qui est attendu des résultats. On pourra au vu de ces derniers, ajuster le tir, modifier en cas de besoin le cahier des charges pour répondre aux spécificités.

Un plan national de lutte en cours de réflexion
Les éminents intervenants ont évoqué une réflexion qui existe au sujet de la mise en place d’un plan national de lutte contre le cancer, dont la présidente de l’association a souhaité qu’il soit pris en charge par le Président de la République. Toutes les autorités et institutions doivent s’impliquer. Les éminents intervenants ont révélé que des réunions ont été tenues au ministère de la Santé. Nous sommes en attente de la suite des événements, disent-ils.

Le rôle de la plus haute autorité du pays
Le plan national de lutte contre le cancer, c’est le rôle de la plus haute autorité du pays, relève la présidente d’El Amel.
La conférence pour sa part doit réunir tout le monde aussi. La présidente d’El Amel, association de lutte contre le cancer, a rappelé qu’elle a lancé un appel pour booster une dynamique allant dans le sens du changement. Elle renouvelle son appel . Les éminents spécialistes ont regretté le manque de coordination entre les services qui freinent le processus. Dans le cadre des interventions, il a été rappelé que les hommes sont également concernés par le cancer du sein. Concernant les appréhensions de certaines femmes à se faire ausculter par des médecins hommes, les intervenants ont rappelé que cette appréhension ne se justifiait pas, on compte pour 80% des effectifs, l’élément féminin en médecine, y compris dans des contrées réputées conservatrice.

Beau Fraisier et Beni Messous à l’arrêt
Il y aurait deux établissements hospitaliers à Beau Fraisier et Beni Messous, ont relevé les intervenants, qui disposent de matériel mais qui ne fonctionne pas à ce propos.
Les spécialistes du CPMC ont affirmé que le conseil médical a dégagé sa responsabilité concernant cette situation. Ils plaident pour une plus grande implantation des services.

35.000 personnes atteintes de cancer en 2008
On compte 35.000 personnes atteintes de cancer en 2008, ce qui devrait dans tous les cas susciter de grandes inquiétudes. En termes de ressources humaines, il a été constaté un manque évident de personnel paramédical, à Alger d’abord et plus encore à l’intérieur du pays. S’agissant de questions tournant autour du secteur libéral, il doit répondre aux cahiers de charges, a-t-il été signifié. Il doit aussi assurer le respect en matière de tarification des services.

Le secteur libéral peut être impliqué
En France et aux Etats-Unis, le secteur libéral tient ce rôle. Le contrôle de qualité est un indice important. Il faut bannir la tendance dans notre pays qui veut qu’un seul sein fasse l’objet d’un contrôle alors qu’il y a nécessité d’assurer le contrôle des deux seins. C’est ce qui se passe chez nous en tout cas. Pour le centre pilote de Sidi M’hamed, des locaux sont libérés, l’équipement va suivre. Mais on constate que toute la logistique est déjà en place.
S’agissant des dépistages individuels, ils peuvent se faire au niveau des centres hospitaliers et notamment au CPCM au CHU de Mustapha.

Possibilité de généralisation de l’expérience de Sidi M’hamed
Si l’expérience tentée avec Sidi M’hamed s’avère positive, il est possible alors de généraliser l’expérience en d’autres régions du pays, insistent à dire les éminents praticiens. Cela en l’espace de deux années d’évaluation de l’expérience pilote.
La rencontre d’hier est considérée par les organisateurs comme la poursuite de la vaste campagne de sensibilisation contre une maladie qui se propage dans des proportions inquiétantes dans le monde.
Il est sain que le mouvement associatif soit en première ligne dans ce travail de sensibilisation adossée à des praticiens comme ceux exerçant au CPMC, nos hôtes d’hier dont l’engagement est total, au service de cette cause. Il s’agit de maladies, quand elles se propagent, aux dégâts considérables, atrophiantes dans tous les cas si le dépistage n’est pas fait à temps et dans les normes.

Un traitement qui revient à 26.000 euros par patient
Le traitement coûte, selon les chiffres qui ont été donnés, 26.000 euros environ et par patient. On a évoqué aussi la question du dépistage ciblé concernant les personnes à risque qui bénéficient de soins appropriés. Il s’agit d’une population restreinte (8 à 10% du total) qui est sous l’apanage d’un protocole particulier notent les spécialistes présents hier au centre de presse d’El Moudjahid. Tout cela est pris en charge par le CPCM.

"Presse"
</I></STRONG>
avatar
lieto
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 2922
Age : 32
Localisation : BATNA
Niveau éducatif : Médecin Algèrien
Humeur/loisirs : Bien
Date d'inscription : 11/11/2007

http://batna.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum