Batna.forumactif
L'inscription a ce forum est libre et gratuite; elle est nécessaire pour pouvoir envoyer des messages, télécharger, s'informer, voter dans les sondages entre autre de mieux lire le forum en général; puisque la majorité des rubriques sont Exclusives aux membres du forum Batna ForumActif.

Pour s'inscrire :







Derniers sujets
» question
Sam 8 Fév - 12:18 par bel.esprit

» En Chine, les piqûres d'abeille en guise de thérapie de choc
Mar 13 Aoû - 13:36 par lieto

» La science tente d'expliquer les sensations d'une mort clinique
Mar 13 Aoû - 13:33 par lieto

» L'homme, une sage-femme comme les autres
Mar 13 Aoû - 13:27 par lieto

» Les produits de blanchiment des dents plus strictement encadrés
Mar 13 Aoû - 13:19 par lieto

» Comment un interne européen peut-il effectuer une année d'internat en France
Mar 13 Aoû - 13:03 par lieto

» Diane 35: verdict de l'Agence européenne du médicament en mai
Sam 9 Fév - 17:36 par lieto

» On survit mieux au cancer en France
Sam 9 Fév - 17:34 par lieto

» La France veut limiter la prescription des pilules de 3e génération
Dim 13 Jan - 12:14 par lieto

» Plus d'un million d'Américaines traitées inutilement d'un cancer du sein
Ven 23 Nov - 14:36 par lieto

» Les hépatites virales mal combattues malgré un million de victimes par an
Ven 23 Nov - 14:28 par lieto

» E-book
Mer 24 Oct - 23:11 par bel.esprit

» E-book
Mer 24 Oct - 12:43 par zak

» E-book
Mer 24 Oct - 12:41 par zak

» E-book
Mar 28 Aoû - 13:09 par bel.esprit

» E-book
Dim 26 Aoû - 22:49 par bel.esprit

» E-book
Dim 26 Aoû - 21:56 par bel.esprit

» E-book
Dim 26 Aoû - 20:26 par bel.esprit

» ORAN
Sam 18 Aoû - 18:03 par lieto

» A Montpellier, des entomologistes en première ligne face au moustique tigre
Lun 13 Aoû - 15:20 par lieto

» Les Etats-Unis homologuent le Lucentis contre l'oedème maculaire diabétique
Lun 13 Aoû - 15:13 par lieto

» Colorants et hyperactivité des enfants
Dim 12 Aoû - 11:44 par lieto

» Manger sain .... ADDITIFS ALIMENTAIRES
Mer 25 Juil - 11:59 par bel.esprit

» [résolu]Quenstion!
Mar 19 Juin - 15:56 par bel.esprit

» Le glaucome, deuxième cause de cécité : 500.000 personnes atteints en Algérie Le glaucome, deuxième cause de cécité : 500.000 personnes atteints en Algérie
Jeu 14 Juin - 21:01 par zak

» Neurochirurgie : L’Algérie, une référence au Maghreb et en Afrique
Jeu 14 Juin - 20:54 par zak

» Un peu de zinc aiderait les nouveau-nés à guérir d'infections bactériennes
Jeu 14 Juin - 20:39 par zak

» Les relations troubles de la cigarette avec les maladies de l'intestin
Dim 3 Juin - 12:56 par lieto

» L'héroïne médicinale offre un traitement de seconde ligne
Lun 23 Avr - 11:00 par lieto

» Tuberculose: l'espoir d'un vaccin plus efficace chez l'adulte
Lun 23 Avr - 10:56 par lieto

» Le jeûne, une nouvelle thérapie ?
Mar 27 Mar - 15:34 par lieto

» Les Franciliens sont les Français qui marchent le plus
Mar 27 Mar - 15:31 par lieto

» eBay interdit les ventes de sorbitol après la mort d'une Italienne
Mar 27 Mar - 15:28 par lieto

» Etats-Unis: cholestérol réduit de 66% avec une injection mensuelle d'un nouvel agent
Mar 27 Mar - 15:26 par lieto

» Cancer du sein: une nouvelle radiothérapie prometteuse appliquée à Marseille
Dim 11 Mar - 14:30 par lieto

» Une start-up française innove avec une nouvelle classe d'anti-douleurs
Jeu 8 Mar - 12:14 par lieto

» Sida: des protéines produites par le corps capables de contrôler le VIH
Jeu 8 Mar - 12:11 par lieto

» Un traitement courant contre la démence freine l'aggravation d'Alzheimer
Jeu 8 Mar - 12:08 par lieto

» Explorer le cerveau, mais protéger l'intimité des personnes
Jeu 8 Mar - 12:05 par lieto

» Les condamnés à mort, principale source des organes transplantés en Chine
Jeu 8 Mar - 11:50 par lieto

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


La dialyse à domicile, un confort encore peu adopté en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La dialyse à domicile, un confort encore peu adopté en France

Message par lieto le Sam 10 Oct - 23:40


La dialyse à domicile, un confort encore peu adopté en France




STRASBOURG (AFP) - 10/10/2009


En France, 35.000 malades sont traités par dialyse, mais seulement 8% d'entre eux bénéficient d'une dialyse à domicile, ce chiffre étant de 23% aux Pays-Bas, 25% au Royaume-Uni et 80% à Hong Kong, selon un congrès de néphrologues cette semaine à Strasbourg.


La dialyse à domicile peut être réalisée soit par hémodialyse, en filtrant le sang à l'extérieur du corps du patient à l'aide d'une machine, comme dans les centres de dialyse, soit par dialyse péritonéale, où une solution est injectée dans le corps du patient, puis évacuée.

Cette dernière, moins lourde que l'hémodialyse, est donc plus adaptée à la pratique à domicile.

"Quand l'information sur ces deux techniques est bien faite, un malade sur deux choisit la dialyse péritonéale", souligne le Pr Jean-Philippe Ryckelynck, chef du service d'hémodialyse-néphrologie du CHRU de Caen, qui déplore que les patients ignorent le plus souvent l'existence de cette méthode.

L'hémodialyse en centre nécessite trois séances de trois à cinq heures hebdomadaires, en plus du déplacement, tandis que la dialyse péritonéale se fait quatre fois par jour, par séances de 30 à 45 minutes, ou bien chaque nuit, avec une machine qui se charge de changer les poches, le "cycleur".

Un "cycleur" de la taille d'une machine à écrire et quatre poches composent l'essentiel du matériel d'une dialyse péritonéale à domicile.

"J'ai une vie comme les autres, dans la journée, je fais ce que je veux", explique Jean-Louis Muller, 53 ans, qui dispose d'une de ces machines depuis presque un an.

Les produits lui sont livrés à domicile une fois par mois, ses visites à l'hôpital se limitent à une consultation mensuelle. Pour partir en vacances, il peut emporter sa machine et faire suivre les produits.

"Le grand avantage, c'est qu'on ne dépend pas d'une structure", raconte Roland Mischler, 60 ans, qui souffre d'insuffisance rénale depuis vingt ans et qui a longtemps opté pour la dialyse à domicile.

Le malade est libre d'organiser ses séances selon ses besoins, il échappe au cadre médicalisé, parfois pesant, pour celui plus rassurant du domicile.

Mais l'indépendance à une limite : il faut une deuxième personne sur place, un proche ou un professionnel, qui sache accomplir les gestes de la dialyse, en cas de problème.

"On peut faire une chute de tension importante, et même si on sait quoi faire, on n'en a pas toujours le temps", explique Roland Mischler, dont la femme a bénéficié des formations dispensées dans les hôpitaux pour aider les malades et leurs proches à passer à la dialyse à domicile.

La dialyse à domicile n'est pourtant pas faite pour tout le monde. Certaines contre-indications médicales existent : des complications liées à d'autres pathologies ou encore d'anciennes chirurgies abdominales qui ont pu fragiliser la cavité péritonéale et compliquent l'implantation du cathéter qui permet l'injection du liquide.

"Quand vous avez besoin d'un rein artificiel, l'hôpital vous dit : +venez chez nous, on vous le fait+", explique Michel Fischbach, président du congrès de spécialiste EUROPD, qui cherche à développer la dialyse péritonéale.

En comparaison, "il faut vouloir apprendre des techniques et devenir acteur" de la maladie pour accepter la dialyse à domicile, ajoute-t-il.

© 2009 AFP
</I></STRONG>
avatar
lieto
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 2922
Age : 32
Localisation : BATNA
Niveau éducatif : Médecin Algèrien
Humeur/loisirs : Bien
Date d'inscription : 11/11/2007

http://batna.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dialyse à domicile, un confort encore peu adopté en France

Message par papillon le Mer 14 Oct - 1:39

France - Plus de 35.000 personnes suivent un traitement par dialyse. Si ce traitement est généralement réalisé en milieu médical, il existe pourtant une possibilité de réaliser la dialyse à domicile. Seules 3.000 personnes en bénéficient.
La dialyse à domicile ne représente en France que 8 % des dialyses pratiquées. Aux Pays-Bas, 23 % des malades en bénéficient, 25 % au Royaume-Uni, et 80 % à Hong Kong. Elle permet surtout de mener une vie plus normale alors que les séances de dialyse en centre médical ont lieu trois fois par semaine pendant trois à cinq heures.

Il existe deux formes de dialyse à domicile. Soit par hémodialyse, comme en centre médical : le malade est alors branché à une machine qui filtre le sang à l’extérieur du corps. Avec la dialyse péritonéale, le patient s’injecte chaque jour une solution évacuée ensuite par le cathéter d’introduction.

Le patient est formé par un infirmier à l’usage du matériel. La dialyse péritonéale peut être pratiquée quatre fois par jour, par séances de 30 à 45 minutes, ou la nuit en une seule séance. Un « cycleur » se charge alors de changer les poches de solution.

Le matériel est livré au domicile du patient qui doit se rendre toutefois une fois par mois à l’hôpital pour une consultation. S’il est libre d’organiser son temps, le patient doit faire suivre son traitement partout où il se trouve, même en vacances. Une deuxième personne, formée elle aussi, doit être présente pendant les séances.

La dialyse à domicile ne convient pas aux malades souffrant d’autres complications médicales ou nécessitant une surveillance médicale continue lors de la séance. Le patient doit aussi vouloir se former et prendre en charge sa maladie au quotidien.
avatar
papillon
4 étoiles
4 étoiles

Féminin
Nombre de messages : 339
Age : 29
Localisation : batna
Niveau éducatif : étudiante en medecine
Humeur/loisirs : lecture, sport
Date d'inscription : 23/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum