Batna.forumactif
L'inscription a ce forum est libre et gratuite; elle est nécessaire pour pouvoir envoyer des messages, télécharger, s'informer, voter dans les sondages entre autre de mieux lire le forum en général; puisque la majorité des rubriques sont Exclusives aux membres du forum Batna ForumActif.

Pour s'inscrire :







Derniers sujets
» question
Sam 8 Fév - 12:18 par bel.esprit

» En Chine, les piqûres d'abeille en guise de thérapie de choc
Mar 13 Aoû - 13:36 par lieto

» La science tente d'expliquer les sensations d'une mort clinique
Mar 13 Aoû - 13:33 par lieto

» L'homme, une sage-femme comme les autres
Mar 13 Aoû - 13:27 par lieto

» Les produits de blanchiment des dents plus strictement encadrés
Mar 13 Aoû - 13:19 par lieto

» Comment un interne européen peut-il effectuer une année d'internat en France
Mar 13 Aoû - 13:03 par lieto

» Diane 35: verdict de l'Agence européenne du médicament en mai
Sam 9 Fév - 17:36 par lieto

» On survit mieux au cancer en France
Sam 9 Fév - 17:34 par lieto

» La France veut limiter la prescription des pilules de 3e génération
Dim 13 Jan - 12:14 par lieto

» Plus d'un million d'Américaines traitées inutilement d'un cancer du sein
Ven 23 Nov - 14:36 par lieto

» Les hépatites virales mal combattues malgré un million de victimes par an
Ven 23 Nov - 14:28 par lieto

» E-book
Mer 24 Oct - 23:11 par bel.esprit

» E-book
Mer 24 Oct - 12:43 par zak

» E-book
Mer 24 Oct - 12:41 par zak

» E-book
Mar 28 Aoû - 13:09 par bel.esprit

» E-book
Dim 26 Aoû - 22:49 par bel.esprit

» E-book
Dim 26 Aoû - 21:56 par bel.esprit

» E-book
Dim 26 Aoû - 20:26 par bel.esprit

» ORAN
Sam 18 Aoû - 18:03 par lieto

» A Montpellier, des entomologistes en première ligne face au moustique tigre
Lun 13 Aoû - 15:20 par lieto

» Les Etats-Unis homologuent le Lucentis contre l'oedème maculaire diabétique
Lun 13 Aoû - 15:13 par lieto

» Colorants et hyperactivité des enfants
Dim 12 Aoû - 11:44 par lieto

» Manger sain .... ADDITIFS ALIMENTAIRES
Mer 25 Juil - 11:59 par bel.esprit

» [résolu]Quenstion!
Mar 19 Juin - 15:56 par bel.esprit

» Le glaucome, deuxième cause de cécité : 500.000 personnes atteints en Algérie Le glaucome, deuxième cause de cécité : 500.000 personnes atteints en Algérie
Jeu 14 Juin - 21:01 par zak

» Neurochirurgie : L’Algérie, une référence au Maghreb et en Afrique
Jeu 14 Juin - 20:54 par zak

» Un peu de zinc aiderait les nouveau-nés à guérir d'infections bactériennes
Jeu 14 Juin - 20:39 par zak

» Les relations troubles de la cigarette avec les maladies de l'intestin
Dim 3 Juin - 12:56 par lieto

» L'héroïne médicinale offre un traitement de seconde ligne
Lun 23 Avr - 11:00 par lieto

» Tuberculose: l'espoir d'un vaccin plus efficace chez l'adulte
Lun 23 Avr - 10:56 par lieto

» Le jeûne, une nouvelle thérapie ?
Mar 27 Mar - 15:34 par lieto

» Les Franciliens sont les Français qui marchent le plus
Mar 27 Mar - 15:31 par lieto

» eBay interdit les ventes de sorbitol après la mort d'une Italienne
Mar 27 Mar - 15:28 par lieto

» Etats-Unis: cholestérol réduit de 66% avec une injection mensuelle d'un nouvel agent
Mar 27 Mar - 15:26 par lieto

» Cancer du sein: une nouvelle radiothérapie prometteuse appliquée à Marseille
Dim 11 Mar - 14:30 par lieto

» Une start-up française innove avec une nouvelle classe d'anti-douleurs
Jeu 8 Mar - 12:14 par lieto

» Sida: des protéines produites par le corps capables de contrôler le VIH
Jeu 8 Mar - 12:11 par lieto

» Un traitement courant contre la démence freine l'aggravation d'Alzheimer
Jeu 8 Mar - 12:08 par lieto

» Explorer le cerveau, mais protéger l'intimité des personnes
Jeu 8 Mar - 12:05 par lieto

» Les condamnés à mort, principale source des organes transplantés en Chine
Jeu 8 Mar - 11:50 par lieto

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Diabète de type 2 : traiter plus sans vivre plus !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Diabète de type 2 : traiter plus sans vivre plus !

Message par titeuf le Lun 5 Jan - 17:46

Le premier semestre 2008 a été marqué en diabétologie par deux essais aux résultats globalement décevants sur la prévention cardiovasculaire dans le diabète de type 2, ACCORD et ADVANCE. L’étude VADT publiée en ligne en fin d’année 2008 par le New England Journal of Medicine vient confirmer qu’un contrôle intensif de la glycémie ne semble pas améliorer le pronostic cardiovasculaire de diabétiques de type 2 mal équilibrés.

Lorsque les premiers malades ont été inclus dans VADT (pour Veterans Affairs Diabetes Trial) en décembre 2000, tout laissait à penser que, chez des diabétiques de type 2 mal équilibrés, un contrôle rigoureux de la glycémie permettrait de diminuer la fréquence des complications macro-vasculaires.
VADT est un essai ouvert dans lequel ont été inclus 1 791 anciens combattants américains souffrant d’un diabète de type 2 mal équilibré (HbA1c supérieure à 7,5 %) malgré un antidiabétique oral à dose maximum ou une insulinothérapie. Ces patients âgés en moyenne de 60,4 ans ont été randomisés entre deux stratégies, traitement standard et traitement intensif. Dans les deux groupes le traitement hypoglycémiant était débuté par une association metformine/rosiglitazone si l’IMC (indice de masse corporelle) était supérieur à 27 ou glimepiride (sulfamide hypoglycémiant)/rosiglitazone si l’IMC était inférieur à 27. Avec le traitement intensif ces produits étaient initialement prescrits à la dose maximale tandis qu’avec le traitement standard on débutait par des posologies deux fois moindres. Dans le groupe intensif de l’insuline était prescrite si l’HbA1c restait au dessus de 6 % malgré les antidiabétiques oraux tandis que dans le groupe standard une insulinothérapie n’était décidée que si l’HbA1c restait supérieure à 9 %. Dans les deux groupes, les modifications ultérieures du traitement hypoglycémiant étaient laissées à la discrétion des cliniciens, tous les antidiabétiques ayant une AMM étant autorisés. Par ailleurs les autres facteurs de risque vasculaire (HTA, troubles lipidiques, tabagisme, surpoids, sédentarité…) devaient être pris en charge selon les recommandations actualisées de l’American Diabetes Association.
Pas de baisse de la morbi-mortalité avec le traitement intensif

Le critère principal de jugement était la survenue d’un des événements défavorables suivants : infarctus du myocarde (IDM), accident vasculaire cérébral (AVC), décès de cause cardiovasculaire, insuffisance cardiaque congestive, chirurgie artérielle, maladie coronarienne inopérable, amputation pour gangrène ischémique. Les critères secondaires incluaient d’autres complications macro-vasculaires (aggravation d’un angor, apparition d’une claudication intermittente ou d’une ischémie critique des membres inférieurs), les décès de toute cause mais aussi les complications micro-vasculaires (rétinopathie, néphropathie, neuropathie).
La durée médiane du suivi a été de 5,6 ans.

La stratégie de traitement intensif s’est révélée capable de mieux contrôler la glycémie puisque l’HbA1c médiane était de 6,9 % dans ce groupe contre 8,4 % avec le traitement standard. Dans le même temps les dyslipidémies et l’HTA étaient améliorés de façon équivalente.

En revanche, les résultats ont été très décevants sur les complications vasculaires du diabète et aucune différence significative n’a été constatée entre les deux groupes :

- l’un des éléments du critère principal de jugement est survenu chez 264 sujets du groupe standard contre 235 dans le groupe intensif (NS) ;
- cette absence de différence significative entre les deux groupes a été enregistrée pour tous les événements composant le critère principal de jugement pris individuellement y compris la mortalité de cause cardiovasculaire (33 décès dans le groupe standard contre 40 dans le groupe intensif ; NS);
- aucune différence n’a non plus été constatée sur les critères secondaires de jugement et tout particulièrement sur la mortalité globale (95 décès dans le groupe standard et 102 dans le groupe intensif ; NS) ;
- une tendance non significative au ralentissement de la progression de certaines complications microvasculaires a cependant été notée (concernant la rétinopathie et l’aggravation de l’albuminurie).

Cette absence d’efficacité globale s’est accompagnée d’une augmentation significative (p<0,001) des épisodes d’hypoglycémie (symptomatiques ou non) et du poids (p<0,01) avec le traitement intensif par rapport au traitement standard.

Pourquoi un meilleur équilibre du diabète n’améliore-t-il pas le pronostic vasculaire ?

Au total VADT va globalement dans le même sens qu’ACCORD et ADVANCE. Il démontre, que, tout au moins avec le protocole thérapeutique d’intensification utilisé, aucun ralentissement de la macro-angiopathie n’est observé et que la micro-angiopathie n’est influencée, au mieux, que de manière marginale.

VADT, comme ACCORD et ADVANCE a bien sûr des limites qui réduisent la portée des conclusions que l’on peut en tirer :

- l’étude a inclus presque exclusivement des hommes ;
- les traitements utilisés pour obtenir le meilleur contrôle de la glycémie n’étaient pas homogènes ;
- la durée de surveillance était relativement courte et l’on ne peut exclure que, comme dans les études UKPDS et DCCT-EDIC, un suivi de 10 ans puisse permettre de mettre en évidence un avantage du traitement intensif ;
- le diabète de ces sujets évoluait depuis 11 ans et demi en moyenne et il est possible que pour être efficace, un contrôle strict de la glycémie doive être plus précoce.

Comment expliquer cette discordance entre des études épidémiologiques qui démontrent formellement un lien entre élévation de la glycémie et risque de complications macro et micro-vasculaires et ces essais thérapeutiques qui, dans le cas d’ACCORD retrouvent même un accroissement significatif de la mortalité après 3 ans et demi (p=0,04) ?

Bien que la fine fleur de la diabétologie internationale planche sur le sujet depuis plusieurs mois, on peut évoquer ici trois pistes de réflexion :

1) L’explication en théorie la plus simple, mais aussi la plus difficile à admettre, est que l’élévation de la glycémie ne joue pas de rôle majeur direct dans les complications micro et surtout macro-vasculaires du diabète. Ceci constituerait une véritable révolution conceptuelle.

2) On peut supposer également que ce qui est en cause dans ces résultats décevants n’est pas la baisse de la glycémie mais la façon de l’obtenir. Les stratégies de traitement intensif utilisées, et certains des antidiabétiques oraux prescrits (et notamment peut-être la rosiglitazone largement prescrite ici) pourraient avoir des effets négatifs contrebalançant les avantages conférés par une baisse de la glycémie. A ce titre les études de morbi-mortalité qui seront conduites avec les nouvelles classes d’anti-diabétiques mis à la disposition des praticiens depuis peu permettront peut-être d’y voir plus clair.

3) Il est possible, comme on l’a vu plus haut, qu’avec un diabète évoluant depuis plus de 10 ans chez des sujets de 60 ans, il soit trop tard pour obtenir des résultats significatifs sur la morbi-mortalité cardiovasculaire et que tout se passerait comme si l’athérosclérose évoluait alors pour son propre compte.

En pratique, chez ce type de patients, l’intensification du contrôle glycémique, avec les stratégies utilisées dans ces études, n’aurait pas d’intérêt majeur à moyen terme sur le risque cardiovasculaire et la priorité devrait revenir à la maîtrise des autres facteurs de risque.


Dr Céline Dupin


Duckworth W et coll. : Glucose control and vascular complications in veterans with type 2 diabetes. N Engl J Med 2008; publication avancée en ligne le 17 décembre 2008(10.1056/NEJMoa0808431).
avatar
titeuf
3 étoiles
3 étoiles

Masculin
Nombre de messages : 112
Age : 20
Localisation : ma maison
Niveau éducatif : primair
Humeur/loisirs : moi
Date d'inscription : 26/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum